Lutte contre la pandémie de Covid-19 en Afrique

04 octobre 2021
Image
Dossier de presse Lutte contre la pandémie de COvid-19 en Afrique
Contenu
Texte

Du 7 au 9 octobre 2021 se tiendra le Nouveau Sommet Afrique France lors duquel différents protagonistes échangeront en vue de redéfinir les relations entre les pays africains et la France.

Le Pr Yazdan Yazdanpanah, directeur de l’ANRS | Maladies infectieuses émergentes, et Eric D’Ortenzio responsable du département Stratégie et Partenariats participeront aux Montpellier Global Days for Science and Education : Africa 2021, organisées par l’université de Montpellier et les partenaires du projet MUSE – qui se tiendront en amont de ce nouveau sommet et réuniront des experts, chercheurs et porteurs de projets – afin d’échanger sur le sujet de la santé internationale, mais également pour présenter le rôle de l’agence et de ses partenaires en Afrique dans l’élaboration de projets de recherche innovants.

La recherche scientifique est fortement mobilisée depuis le début de la pandémie de Covid-19. En presque deux ans, elle n’a cessé de s’adapter au contexte social et sociétal dans lequel elle s’inscrit. En développant de multiples partenariats, elle s’est notamment emparée des problématiques d’inégalités dans la prise en charge de la Covid-19.

La lutte contre la pandémie est mondiale, elle se nourrit des avancées réalisées par des équipes volontaires, engagées et internationales qui travaillent depuis plusieurs mois à l’éradication de la Covid-19.

L’ANRS | Maladies infectieuses émergentes s’inscrit dans ce mouvement de mobilisation et participe depuis le début de la crise sanitaire à plusieurs réseaux de collaboration scientifique au niveau européen, mais aussi mondial.

L’agence est en effet impliquée à l’échelle internationale et est membre de Glopid-R, un réseau international qui rassemble les principaux bailleurs de fonds de la recherche et facilite le développement et la mise en place de projets axés sur les maladies infectieuses nouvelles ou ré-émergentes à potentiel épidémique ou pandémique. En avril 2020 et 2021, l’ANRS | Maladie infectieuses émergentes a lancé deux appels à projets de recherche sur la Covid-19 dans des pays à ressources limitées.

Ce dossier de presse a pour vocation de mettre en avant des projets de recherche menés à l’étranger ‒ en partenariat avec les équipes scientifiques en Afrique ‒, et soutenus par l’ANRS | Maladies infectieuses émergentes.

Texte

Il s’agit donc de présenter la manière avec laquelle les équipes scientifiques africaines prennent part à la lutte contre la Covid-19 en mobilisant leurs ressources humaines et techniques autant sur le front de la surveillance du SARS-CoV-2, que dans la recherche de traitements ou de l’amélioration de la prise en charge des patients.

Au 30 septembre 2021, 8 308 379 cas de Covid-19 et 210 866 décès ont été recensés sur le continent africain depuis le début de la pandémie. Toutefois, il est difficile de déterminer si ces chiffres sont exacts, car d’une part la surveillance virologique est encore limitée sur ce continent, tous les pays n’ayant pas les mêmes capacités. D’autre part, l’accès aux soins, aux structures de santé, et donc au dépistage, diffère selon les régions, qu’elles soient urbaines ou rurales.

Si les Etats africains ont été plus épargnés pendant la première vague de Covid-19, plusieurs pays ont observé durant plusieurs mois une augmentation de cas positifs. Selon l’Organisation mondiale de la Santé, le nombre de cas de contamination au Sars-CoV-2 aurait augmenté de 19% entre le 26 juillet 2021 et le 01 août 2021, sur le continent africain.

Outre cette hausse des taux de contaminations, la circulation des variants Alpha, Beta et Delta, connus pour être plus contagieux que la souche historique du virus, a été notifiée dans plusieurs pays africains. De nouveaux variants continuent d’émerger comme le C.1.2 ou le Mu.

Malgré ce constat, à peine 4 % de la population africaine ‒ contre près de 73 % pour la population européenne ‒ est complètement vaccinée. Ce taux de vaccination n’est pas suffisant pour freiner la circulation du virus qui continuera à traverser les frontières.

Les projets soutenus par l’ANRS | Maladies infectieuses émergentes et développés localement avec des partenaires issus de plusieurs pays d’Afrique subsaharienne contribuent à pallier les inégalités entre les pays à revenu élevé et les pays à revenu faible et intermédiaire.