Les travaux soutenus par l’ANRS à l’AFRAVIH 2020

08 novembre 2020
Image
AFRAVIH Connecté-e-s
Contenu
Texte

La 10e conférence internationale francophone AFRAVIH « VIH, Hépatites, Santé sexuelle, COVID-19 » a lieu du 8 au 11 novembre. L’ANRS est partenaire de cet événement.

Près de 40 travaux soutenus par l’ANRS ont été retenus pour être présentés lors de la conférence, sous la forme de communications orales, de posters discutés ou de posters. C’est l’occasion de valoriser certains de ces projets.

Texte

En raison de la crise sanitaire mondiale, l’AFRAVIH a opté pour un format virtuel pour cette édition. Toutes les présentations seront disponibles à la demande et resteront accessibles jusqu’au 31 décembre 2020 sur le site de l’AFRAVIH connecté-e-s
 

L’ANRS à l’AFRAVIH connecté-e-s en quelques chiffres

 

•    14 communications orales
•    7 posters discutés
•    16 posters
•    7 jeunes chercheurs allocataires de bourse ANRS au programme 
•    1 stand virtuel avec des vidéos et des documents à télécharger
 
Focus sur quelques-uns des projets soutenus par l’ANRS 

 

VIH – Nouveaux résultats concernant les traitements antirétroviraux et analyse de la prise de poids

Texte

Traitement de 1re ligne du VIH-1 associant dolutégravir versus éfavirenz à faible dose : résultats de la 2e année de suivi de l’étude ANRS12313-Namsal, Cameroun

Charles Kouanfack (charleskouanfack@yahoo.fr) / Université de Dschang, Hôpital central de Yaoundé, ANRS

La non-infériorité de l’antiviral dolutégravir (DTG) en comparaison à l’éfavirenz (400 mg) chez des patients infectés par le VIH-1 n’ayant jamais reçu de traitement antirétroviral avait déjà été démontrée à la semaine 48. Cette équipe de chercheurs a confirmé ce résultat au bout de 96 semaines avec l’essai clinique ANRS 12313 – NAMSAL, conduit à Yaoundé (Cameroun). Dans le bras DTG, ils n’ont pas observé de résistance au traitement et ont confirmé une prise de poids plus importante, déjà constatée à la semaine 48 et plus marquée chez les femmes. Le succès virologique reste plus faible chez les personnes dont la charge virale initiale est la plus forte quel que soit le bras de traitement.

Facteurs associés à la prise de poids chez les patients qui débutent un traitement antirétroviral en France. Résultats de la cohorte ANRS CO4 French Hospital Database on HIV

Sophie Grabar (sophie.grabar@aphp.fr) / AP-HP, Inserm, IPLESP

Les auteurs ont étudié les facteurs associés à la prise de poids chez les patients naïfs d’antirétroviraux initiant un traitement antirétroviral combiné (cART) à partir de la cohorte hospitalière française ANRS CO4 FHDH. Entre 2012 et 2017, l’évolution du poids d’environ 11 000 personnes vivant avec le VIH a été analysée. Deux ans après l’initiation du traitement, les chercheurs ont observé une prise de poids importante chez celles initiant tardivement leur traitement (allant parfois à un gain de plus de 8 kg), ainsi que chez celles dont le cART comprenait du raltégravir ou du dolutégravir. Chez les sujets qui initiaient précocement leur traitement, la prise de poids était modeste, avec peu de différence entre les combinaisons antivirales. La prise de poids était par ailleurs plus importante chez les femmes, les patients originaires d’Afrique subsaharienne, ayant un IMC bas, une charge virale élevée, une immunodépression ou un stade clinique avancé.

Circuits de contamination par le VIH et taux de résistance primaire aux ARV dans une cohorte multi-pays de HSH en Afrique de l’Ouest (CohMSM ANRS 12324 – Expertise France)

Martine Peeters (martine.peeters@ird.fr) et Christian Laurent (christian.laurent@ird.fr) / IRD, Inserm, Université de Montpellier, TransVIHMI

Le groupe de recherche a étudié 252 hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH) de la cohorte CohMSM conduite dans des cliniques associatives à Bamako (Mali), Abidjan (Côte d’Ivoire), Lomé (Togo) et Ouagadougou (Burkina Faso). Entre 2015 et 2019, 185 HSH étaient contaminés par le VIH au moment de leur inclusion et 67 au cours du suivi. En étudiant les séquences des souches virales, les chercheurs ont observé que la circulation du VIH est transfrontalière sur plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest. Les taux de résistances aux traitements antirétroviraux sont comparables à ceux retrouvés dans la population générale.

Sensibilité phénotypique d’isolats cliniques VIH-2 résistants aux INTI à un nouvel INTI : GS-9131

Charlotte Charpentier (charlotte.charpentier@aphp.fr) / Université de Paris, Inserm, AP-HP

GS-9131 est un nouvel inhibiteur nucléosidique de la transcriptase inverse (INTI). Les auteurs ont étudié son activité in vitro sur des isolats de VIH-2. Les résultats montrent que cette molécule en cours de développement pourrait représenter une nouvelle opportunité thérapeutique pour les personnes vivant avec le VIH-2. De plus, GS-9131 conserve également une activité contre certains isolats résistants à d’autres INTI.

Perspectives des thérapies antirétrovirales injectables à action prolongée pour le traitement ou la prévention du VIH : points de vue ambivalents des utilisateurs potentiels

Séverine Carillon (severine.carillon@ceped.org) / Université de Paris, IRD pour l’équipe du projet CLAPT

Quinze entretiens ont été menés fin 2018 auprès de personnes vivant avec le VIH recevant un traitement antirétroviral et ayant une charge virale indétectable. Les thérapies antirétrovirales injectables à action prolongée suscitent de l’enthousiasme (ex. : allègement des contraintes quotidiennes), mais aussi de nombreuses craintes (ex. : peur de changer de traitement, perte d’autonomie…). Les auteurs concluent qu’elles pourraient ouvrir la voie à des traitements personnalisables en fonction des contraintes, des besoins, des pratiques, du mode de vie des patients.

Texte

VIH – Mieux comprendre le rebond virologique 

Texte

Rebond virologique sous antirétroviraux en France selon la région d'origine et le groupe de transmission du VIH

Hana Selinger-Leneman (hana.leneman@iplesp.upmc.fr) / IPLESP, Inserm, Sorbonne Université

Pour mieux comprendre le rebond virologique, c’est-à-dire lorsque la charge virale redevient détectable malgré le traitement antirétroviral, les chercheurs ont analysé les caractéristiques des patients, notamment leur origine géographique et les groupes de transmission. Parmi plus de 37 000 personnes de la cohorte hospitalière française ANRS CO4 FHDH, les migrants originaires des Antilles non françaises sont ceux ayant le risque le plus grand d’avoir un rebond virologique. Au sein de chaque région d’origine, les hommes infectés par voie hétérosexuelle et les femmes présentent également un risque plus élevé. Les facteurs socioéconomiques et de style de vie doivent être étudiés pour mieux comprendre ces résultats. 
 

Texte

VIH – PrEP et prévention

Texte

Facteurs associés à l’image renvoyée par la PrEP : résultats de l’étude ANRS-Prévenir

Christel Protière (christel.protiere@inserm.fr) / Aix-Marseille Université, Inserm, IRD, SESSTIM

Ce groupe de recherche a étudié l’image que renvoie la PrEP grâce à un questionnaire rempli par plus de 2 600 participants de l’étude ANRS-Prévenir (personnes séronégatives à haut risque d’infection par le VIH, en Île-de-France). 32,6 % des participants estiment que la PrEP peut donner une mauvaise image d’eux. Cette perception s’atténue avec l’âge, l’estime de soi, ainsi qu’avec l’encouragement du partenaire principal et la prise en continue. En revanche, la dépression renforce l’image négative de la PrEP. Ces résultats donnent des pistes pour lever les freins liés à son utilisation.

Suivi préventif trimestriel et incidence du VIH chez des hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes en Afrique de l’Ouest (CohMSM ANRS 12324 – Expertise France)

Ter Tiero Elias Dah (tertiero81@yahoo.fr) / Association African Solidarité

Les auteurs de cette étude ont proposé un suivi préventif trimestriel à 618 HSH de la cohorte CohMSM entre 2015 et 2018. Si 8,3 % des HSH n’ont fait aucune visite de suivi, 58,4 % les ont toutes réalisées, avec un taux global de suivi de 76,5 %. Pourtant, 78 participants ont été contaminés par le VIH pendant l’étude. Les chercheurs n’ont pas observé de lien entre l’observance au suivi trimestriel et la séroconversion des participants. Ils concluent que l’ajout de la prophylaxie pré-exposition (PrEP) leur semble indispensable pour maitriser l’épidémie de VIH.

L’intégration de la PrEP dans un paquet complet de prévention permet-elle d’atteindre un profil différent d’HSH ? Résultats de la cohorte CohMSM-PrEP en Afrique de l’Ouest (ANRS 12369 – Expertise France)

August Eubanks (august.eubanks@inserm.fr) / Aix-Marseille Université, Inserm, IRD, SESSTIM

Les chercheurs ont étudié le profil de 214 hommes recrutés dans la cohorte CohMSM-PrEP qui propose un accès à la PrEP depuis 2017 dans le cadre de l’offre communautaire de prévention spécifique aux HSH. Ces participants présentent un profil socioéconomique plus défavorable que ceux recrutés avant la mise en place de la PrEP et un haut risque d’être contaminés par le VIH. L’ajout de la PrEP semble donc avoir permis de toucher une sous-population qui ne fréquente pas les services VIH et qui nécessite un accompagnement dans l’utilisation des moyens de prévention et l’observance de la PrEP.

Estimation de la proportion des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes éligibles à la prophylaxie pré-exposition au VIH en France – ERAS2019

Annie Velter (annie.velter@santepubliquefrance.fr) / Santé publique France

Les auteurs de l’Enquête Rapport au Sexe (ERAS) 2019 ont estimé la proportion d’HSH éligibles à la PrEP en France grâce à une enquête en ligne. 23 514 HSH âgés de 18 à 69 ans et résidant en France ont été inclus dans cette analyse. En fonction de leurs pratiques sexuelles, du fait d’avoir eu au moins une IST dans les 12 derniers mois ou d’avoir pratiqué le chemsex au cours de leurs derniers rapports sexuels, les chercheurs ont estimé que 31 % des répondants étaient éligibles à la PrEP. Ce travail permet de planifier sa diffusion auprès des HSH à haut risque de transmission du VIH.

Texte

Hépatites – vaccination anti-VHB des enfants et étude du risque de dysglycémie sous AAD chez les adultes

Texte

Impact de l’introduction du vaccin contre l’hépatite B dans le Programme Élargi de Vaccination sur l’épidémiologie de l’infection chez les enfants dans la zone de Niakhar, Sénégal (projet ANRS 12356 AmBASS)

Lauren Perières (lauren.perieres@etu.univ-amu.fr) / Université Aix-Marseille, IRD

Au Sénégal, la vaccination contre le virus de l’hépatite B (VHB) a été introduite dans le cadre du Programme Élargi de Vaccination (PEV) en 2004, et complétée en 2016 par une dose à la naissance. Les auteurs de cette étude ont mesuré les principaux marqueurs de l’infection par le VHB chez 501 enfants âgés de 6 mois à 15 ans vivant dans une zone rurale au Sénégal, entre octobre et décembre 2018. Ils ont observé une réduction significative de la prévalence et de l’exposition au VHB grâce au PEV. Cependant, ils notent la diminution rapide du taux d’immunité vaccinale au fur et à mesure que les enfants vaccinés grandissent.

Risques de survenue d'une dysglycémie chez les patients traités par antiviraux à action directe (AAD) : une analyse rétrospective menée dans la cohorte française ANRS CO22 HEPATHER

Élise Landry (elise.landry@anrs.fr) / ANRS

Pour évaluer le risque de dysglycémies sous antiviraux à action directe (AAD, traitement contre le virus de l’hépatite C – VHC), l’équipe de recherche HEPATER sous la houlette du service de pharmacovigilance de l’ANRS a mené une analyse rétrospective des événements dysglycémiques sur 6 ans parmi les 10 127 patients infectés par le VHC ou co-infectés par le VHC/VHB et traités par AAD entre 2012 et 2017 de la cohorte française ANRS CO22 HEPATHER. L’équipe a recensé 26 cas de diabète préexistant décompensés et 2 survenues de diabète de novo. Aucun sur-risque n’a été mis en évidence dans cette analyse.

Texte

Covid-19 – résultats issus du projet Makasi sur le confinement

Texte

Les immigrés d’Afrique subsaharienne en situation de précarité face au Covid-19 et au confinement : une étude en méthodes mixtes nichée dans Makasi

Anne Gosselin (anne.gosselin@icmigrations.fr) / CNRS, Inserm, IRD, Université de Paris

Le projet de recherche interventionnelle Makasi, démarré en 2019, suit des personnes immigrées d’Afrique subsaharienne et des Caraïbes qui vivent en situation de précarité en Île-de-France. Ce groupe de recherche a étudié l’impact du confinement sur les participants de cette étude grâce à des questionnaires et des entretiens. Entre insécurité alimentaire, suspension des démarches administratives, perte de ressources, manque d’information sur les modes de transmission de la Covid-19 : les conditions de vie des personnes interrogées se sont dégradées pendant le confinement. Elles étaient 17 % à présenter des symptômes de dépression sévère, contre 9 % avant le confinement. Les auteurs recommandent de mener des actions concrètes pour améliorer leurs situations pendant ce type d’épisode.

Texte

Retrouvez l’ensemble des travaux soutenus par l’ANRS à l’AFRAVIH connecté-e-s

Texte
Auteur Titre Type de présentation Numéro
Martine Peeters Circuits de contamination par le VIH et taux de résistance primaire aux ARV dans une cohorte multi-pays de HSH en Afrique de l’Ouest (CohMSM ANRS 12324 – Expertise France) Orale AFRAVIH2000525
Ginette Edoul MBesse Leçons apprises sur le diagnostic du VIH lors de la phase de pré-inclusion dans l’essai thérapeutique ANRS12313 NAMSAL au Cameroun Orale AFRAVIH2000532
Anne Gosselin Les immigrés d’Afrique subsaharienne en situation de précarité face au Covid-19 et au confinement : une étude en méthodes mixtes nichée dans Makasi Orale AFRAVIH2001564
 
August Eubanks L’intégration de la PrEP dans un paquet complet de prévention permet-elle d’atteindre un profil différent d’HSH ? Résultats de la cohorte CohMSM-PrEP en Afrique de l’Ouest (ANRS 12369 – Expertise France) Orale AFRAVIH2000625
Christel Protière Facteurs associés à l’image renvoyée par la PrEP : résultats de l’étude ANRS-Prévenir Orale AFRAVIH2000463
Sophie Grabar Facteurs associés à la prise de poids chez les patients qui débutent un traitement antirétroviral en France. Résultats de la cohorte French Hospital Database on HIV-ANRS CO4 Orale AFRAVIH2000241
Hana Selinger-Leneman Rebond virologique sous antirétroviraux en France selon la région d’origine et le groupe de transmission du VIH. Résultats issus de la base de données hospitalières françaises sur l’infection à VIH (FHDH)-ANRS CO4 Orale AFRAVIH2000594
Ter Tiero Elias Dah Suivi préventif trimestriel et incidence du VIH chez des hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes en Afrique de l’Ouest (CohMSM ANRS 12324 – Expertise France) Orale AFRAVIH2000125
Pearl Anne Ante-Testard Évolution des inégalités socioéconomiques dans l'accès au dépistage du VIH chez les femmes : résultats tirés d'enquêtes en population dans 16 pays d'Afrique subsaharienne Orale AFRAVIH2000329
Charles Kouanfack Traitement de 1re ligne du VIH-1 comportant Dolutégravir versus Efavirenz à faible dose : Résultats à 2 ans de l’étude ANRS12313-Namsal, Cameroun Orale AFRAVIH2000537
Marion Fiorentino Violence perpétrée par les hommes vivant avec le VIH envers leurs partenaires sexuelles au Cameroun : caractéristiques associées et effet sur le risque de transmission du VIH (ANRS-12288 EVOLCam) Orale AFRAVIH2001064
Jean-Baptiste N’Takpe Lien entre risque d’échec et de résistances virales et caractère précoce ou tardif du début du traitement antirétroviral (TARV) : Temprano ANRS 12136 Orale AFRAVIH2000496
Charlotte Charpentier Analyses in vitro de capacité réplicative et de sensibilité phénotypique de virus VIH-2 mutants dans l’intégrase Orale AFRAVIH2000510
Lauren Perières Impact de l’introduction du vaccin contre l’hépatite B dans le Programme Elargi de Vaccination sur l’épidémiologie de l’infection chez les enfants dans la zone de Niakhar, Sénégal (projet ANRS 12356 AmBASS) Orale AFRAVIH2000983
Thi Giang Hoang Prévalence alarmante de la tuberculose chez les usagers de drogues injectables malgré le contrôle du VIH au Vietnam Orale AFRAVIH2001227
Annie Velter Estimation de la proportion d’hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes éligibles à la prohylaxie pré-exposition au VIH en France – ERAS2019 Poster discuté PL357
Oumou Hawa Diallo Le stigma lié au VIH limite l’efficacité de la PTME en Guinée : essai ANRS 12344 DIAVINA Poster discuté PM286
Marion Fiorentino Effet de l’homonégativité sociale et internalisée sur la violence envers les femmes chez les HSH en Afrique de l’Ouest (CohMSM ANRS 12324 – Expertise France) Poster discuté PM332
Charlotte Charpentier Sensibilité phénotypique d’isolats cliniques VIH-2 résistants aux INTI à un nouvel INTI : GS-9131 Poster discuté PM372
Martine Peeters Polymorphisme dans l’intégrase et impact sur les traitements à base de Dolutegravir au Cameroun Poster discuté PL373
Andrea Gosset Analyse coût-efficacité de la vaccination à la naissance contre l’hépatite B pour réduire la transmission et la mortalité liées à l’hépatite B au Burkina Faso, Afrique de l'Ouest Poster discuté PL171
Maxime Inghels Perceptions, préférences et recours aux offres communautaires de dépistage du VIH chez les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HSH) en Côte d’Ivoire (étude DOD-CI ANRS 12323) Poster discuté PL309
Alice Guingane Identifier les insuffisances dans la cascade de soins de la transmission mère-enfant du VHB au Burkina Faso: résultats du monde réel Poster PM176
Alice Guingane Evaluation de la détection de l’AgHBe pour l’identification des charges virales VHB élevées exposant au risque de transmission mère enfant malgré la vaccination à la naissance Poster PL181
Alice Guingane Efficacité du vaccin AgHBs recombinant chez les nouveaux nés de mères infectées par le virus de l’hépatite B, dans la cohorte CI ANRS 12359 à Ouagadougou au Burkina Faso Poster PM184
Andrainolo Ravalihasy Décider, interagir, prendre conscience face au VIH : une échelle de mesure de l'empowerment en santé sexuelle chez les immigrés originaires d'Afrique subsaharienne vivant en France Poster PL439
Iris Zouménou Co-construire une recherche interventionnelle sur l’empowerment en santé sexuelle d’immigrés sub-sahariens en région parisienne : défis et solutions du projet MAKASI Poster PM444
Séverine Carillon Renforcer l’empowerment en santé sexuelle des immigrés originaires d’Afrique Subsaharienne : analyse des processus à l’œuvre parmi les participants à l’étude Makasi Poster PM346
Joël Gozlan Evaluation du risque de réactivation VHB sous antiviraux directs chez des patients Africains infectés par le VHC et ayant été en contact avec le VHB Poster PL163
Françoise Lunel-Fabiani Résultats de l’étude ANRS 12303 sur l’efficacité de la vaccination contre l’hépatite B dès la naissance chez les enfants nés de mère AgHBs positives, dans le district de Tokombéré, Cameroun Poster PM162
Elise Landry Risques de survenue d’une dysglycémie chez les patients traités par antiviraux à action directe (ADD) : une analyse rétrospective menée dans la cohorte française ANRS CO22 HEPATER Poster PL175
Christel Protière Le chemsex est-il toujours source de difficultés ? Poster PM442
Charlotte Bernard Infection à VIH et modifications cérébrales chez des adultes âgés de 50 ans ou plus vivant au Sénégal - ANRS12382 Poster PM068
Séverine Carillon Perspectives des thérapies antirétrovirales injectables à action prolongée pour le traitement ou la prévention du VIH : points de vue ambivalents des utilisateurs potentiels (CLAPT) Poster PM492
Assane Diouf Caractéristiques cliniques et biologiques des porteurs chroniques du virus de l’hépatite B en population générale à Niakhar au Sénégal (Ambass) Poster PL185
Tchadine Djaogol Consultations prénatales: opportunités manquées pour la prévention de l’hépatite B chez les femmes en âge de procréer dans les zones rurales du Sénégal (AmBass) Poster PL183
Serge Niangoran Connaissances des médecins sur les hépatites virales B et C en Côte d’Ivoire et facteurs  associés (DOD-CI ANRS 12323) Poster PL189
Damien Cohen Découverte d’un nouveau facteur de risque pour le Carcinome Hépatocellulaire chez des patients d’Afrique de l’Ouest : un variant muté pour le domaine preS2 du Virus de l’Hépatite B Poster PL161
Thi Giang Hoang Accès au dépistage et au traitement du VIH chez les femmes usagers de drogue injectable à Haiphong, Vietnam : résultats de l'étude ANRS 12353 DRIVE Poster PL267

 

Texte

Pour en savoir plus

Contact presse
Cécile Pinault
information@anrs.fr