Guinée

Ajouter un contenu
Texte

En Guinée, l’épidémie par le virus Ebola survenue en 2015 a mis en évidence l’impérieuse nécessité de développer des structures intégrées de recherche et de prise en charge médicale dans le domaine des maladies infectieuses dans le pays. L’Inserm, et depuis 2021 l’ANRS | Maladies infectieuses émergentes ont développé des collaborations structurantes avec le pays, avec plusieurs leviers d’action :
 
Renforcement des infrastructures de recherche et formation
La Task Force Ebola Française à l’initiative de l’unité TransVIHMI a permis la construction du CERFIG (lien vers http://cerfig.org/) (Centre de Recherche et de Formation en Infectiologie).
Le centre est le fruit d’une collaboration avec de multiples acteurs tels que le SMIT (Service de Maladies Infectieuses et Tropicales) de l’Hôpital National Donka, l’Institut National de Santé Publique (INSP), et l’université Gamal Abdel Nasser de Conakry (UGANC). Il a reçu les soutiens financiers de l’IRD, de l’Université de Montpellier et de l’Inserm,

Le CERFIG a pour principaux objectifs :

  • la conception et la mise en œuvre des projets de recherche clinique ou interventionnelle dans le domaine des maladies infectieuses, particulièrement celles qui sont endémiques en Afrique subsaharienne.
  • la formation, grâce à un diplôme interuniversitaire de Santé Globale associant l’université de Conakry et celle de Montpellier.

Financement d’équipements
Les soutiens de l’Inserm à la recherche en Guinée se sont également traduits par la participation au financement d’équipements au sein de l’unité d’immunologie de l’INSP, institut qui a pour mission l’aide à la décision des pouvoirs publics, et l’évaluation des politiques et interventions en santé publique en Guinée. Au sein de l’INSP, le Laboratoire National de Santé Publique a pour missions le diagnostic des maladies à potentiel épidémique, la standardisation des méthodes d’analyses au niveau national, le contrôle de qualité des méthodes et techniques de biologie médicale.

Développement de formations
L’Inserm a également apporté un soutien à la mise en place de nombreuses formations en techniques d’analyse immunologique et en recherche clinique.

Toutes ces actions de soutien ont été conduites de façon concomitante à la réalisation d’études de recherche clinique coordonnées par l’Inserm et les chercheurs guinéens (Projets ContactEboGui, Reservoir, PostEboGui etc).

Pour toute question : sp@anrs.fr

Ajouter un titre
Titre
Principales thématiques de recherche et collaborations avec l’ANRS | Maladies infectieuses émergentes
Ajouter un contenu
Texte

Les principales thématiques de recherche étudiées au sein des collaborations entre la Guinée et l’ANRS portent sur différentes pathologies :

Sur l’infection par le VIH : la dynamique de la variabilité virologique et génétique des virus HIV, l’accès durable, rapide et abordable à des tests de charge virale pour optimiser la prise en charge des PVVIH, l’évaluation d’interventions diagnostiques et thérapeutiques dans le cadre de la PMTE.
Un nouvel essai ayant pour objectif de déterminer le régime antituberculeux adéquat chez les adultes et les adolescents hospitalisés pour une immunodépression sévère associée au VIH va prochainement démarrer, en collaboration avec plusieurs pays d’Afrique et d’Asie (essai thérapeutique DATURA co-financé par l’ANRS | MIE et EDCTP).

Sur le SARS-CoV-2 :

  • la prévalence, la diversité génétique et la distribution géographique des coronavirus chez les chauves-souris sauvages en Guinée, au Cameroun, en République Démocratique du Congo, Zimbabwe
  • la dynamique de l’épidémie à SARS-CoV-2 à Conakry en complément du projet ARIACoV de l’AFD
  • l’évaluation d’un traitement précoce des personnes vulnérables présentant une infection non sévère en Guinée et au Burkina Faso, pour réduire le risque d’aggravation clinique ou de décès.

Sur la maladie à virus Ebola : deux études pilotes visant à évaluer des stratégies vaccinales promues par l’ANRS actuellement en cours de mise en place.

En dehors du partenariat avec l’ANRS, d’autres projets majeurs ont été menés par le CERFIG notamment auparavant dans le cadre de l’infection par la Maladie à Ebola :

  • L’évaluation et accompagnements des survivants d’Ebola pendant 60 mois (projet PostEbogui, en partenariat avec l’unité TransVIHMI, à travers le consortium REACTing), l’évaluation des contacts des survivants (projet Contact Ebogui), une analyse anthropologique et sociale de la réponse à l’épidémie d’Ebola, une étude sur le réservoir Ebola (projet de l’OIE/UE Ebosursy)
  • un essai sur l’évaluation du Favipiravir pour le traitement de la maladie Ebola (en partenariat avec le Centre de Recherche Inserm-Université de Bordeaux U1219)
  • un essai de vaccination contre Ebola (en partenariat avec le VRI-Vaccine Research Institute, le NIH-LSHTM-Inserm, ALIMA et grâce à un financement EDCTP pour la deuxième phase)