Disparition du Dr Eitel Mpoudi Ngole, chercheur et médecin camerounais de haut niveau

29 septembre 2021
Image
Eitel Mpoudi Ngole / DR
Contenu
Texte

Le médecin colonel Eitel Mpoudi Ngole, chercheur de grande envergure qui a consacré sa carrière à la lutte contre le VIH, est décédé le 23 septembre 2021 à l’âge de 74 ans. Il dirigeait le laboratoire de l’Institut de Recherches Médicales et d'Etudes des Plantes Médicinales (CREMER/IMPM) à Yaoundé, co-dirigeait le laboratoire mixte international (LMI) PréVIHMI (Prévention et Prise en Charge des Maladies Infectieuses Émergentes) avec l’unité TRANSVIHMI de Montpellier et était le coordinateur adjoint du site partenaire ANRS Cameroun.

Texte

Le médecin colonel Eitel Mpoudi Ngole, dermatologue et virologue, s’est investi très tôt dans la lutte contre le VIH. Il a dirigé le Programme national de lutte contre le sida du Cameroun et a développé un laboratoire de recherche avec le service santé des armées puis au sein du ministère de la Recherche, devenu un centre collaborateur OMS sur la résistance aux antirétroviraux. Médecin et chercheur de haut niveau, il a mené des travaux qui ont fortement impacté la recherche sur le VIH. Il a ainsi été un pionnier du suivi des patients, a œuvré pour rendre accessible à tous les traitements antirétroviraux et a également participé à élucider l’origine du VIH chez des grands singes du Cameroun.

Son engagement pour la santé ne s’arrêtait pas au VIH. Il a notamment mené des travaux sur les IST et sur les maladies émergentes. C’est pourquoi Eitel Mpoudi Ngole s’est investi dans la lutte contre la Covid-19, avec les projets tels qu’ARIACOV et AFROSCREEN.

Son rôle a été déterminant dans la mise en place du site partenaire ANRS Cameroun, dont il était le coordinateur adjoint. Eric Delaporte, ami proche et coordinateur français de ce site, se rappelle de lui ainsi : « En plus de son engagement de médecin et chercheur de très haut niveau, ses qualités humaines étaient exceptionnelles : qui n’a pas fait appel à Eitel pour solutionner un problème ! Il le faisait toujours avec gentillesse et désintéressement. Des générations de scientifiques du Nord et du Cameroun sont passées dans son laboratoire où son accueil bienveillant était légendaire. »

L’ANRS | Maladies infectieuses présente ses condoléances à son épouse et à ses trois enfants.

Texte


Hommage de Ibra Ndoye

« C’est avec beaucoup de peine et de tristesse que j’ai appris et vécu le décès de Eitel Mpoudi. Je me dois, au nom des doyens africains de la riposte et de la recherche sur le VIH/sida et les IST qui auront sacrifié 3 à 4 décennies de leur vie à ce long combat contre le virus du sida, de rendre un hommage mérité à cette forte personnalité scientifique, humble, courtoise et pleine de mérite, qui s’est distinguée en particulier dans les recherches sur l’origine du VIH et sur l’accès aux traitements antirétroviraux des personnes vivant avec le VIH en Afrique.

J’ai fait la connaissance de ce haut gradé de l’armée camerounaise, médecin responsable du Programme National de lutte contre le Sida (PNLS) du Cameroun, au début des années 1990. Il faisait partie de la première génération des directeurs de PNLS francophones africains qui ont été formés dans les cours de management sur les IST et le VIH/sida que notre ami commun, Éric Delaporte, et moi, organisions dans le cadre du Projet Régional Union Européenne de formation et de recherche sur les IST et le VIH/sida en collaboration avec l’ANRS, l’Institut de Médecine et d’Epidémiologie Appliquée et sa Fondation Léon Mba, l’Institut de Médecine tropicale d’Anvers ,la London School of Hygiene and Tropical Medicine et l’Organisation mondiale de la santé.

C’est à partir de cette période qu’Eitel nous a sollicité, Éric et moi, pour que l’on élargisse notre partenariat de recherche dans le cadre de l’ANRS, collaboration qui a entrainé la création du site partenaire ANRS Cameroun.

Ce partenariat s’est concrétisé par la mise en place du site partenaire ANRS Cameroun et le développement de projets de recherches sur les origines des virus du sida, simien en particulier, et sur des projets de recherche intersites de traitements innovants sur le sida.

Les sites partenaires ANRS Sénégal et ANRS Cameroun, à partir des résultats des projets ANRS1215 "Faisabilité et efficacité des traitements antirétroviraux en Afrique" et du projet "essai du médicament générique Triomune®" ont permis de sceller des partenariats avec les industries pharmaceutiques qui ont contribué à la réduction de 90 % des prix des traitements ARV, entrainé leur accès dans les pays du Sud, sauvé des millions de vie d’Africains vivant avec le VIH et contribué positivement à l’espérance de vie et à l’économie des pays africains affectés.

J’associe à cet hommage Éric Delaporte et Martine Peeters, tous les anciens directeurs de l’ANRS : Jean-Paul Levy, Michel Kazatchkine, Jean-François Delfraissy, François Dabis et notre fidèle amie et conseillère le Prix Nobel Françoise Barré-Sanoussi, qui ont contribué à la mise en place et au développement de ce partenariat exemplaire et durable franco-africain dans la recherche en santé, le nouveau directeur de l’ANRS | Maladies infectieuses émergentes, Yazdan Yazdanpanah, qui nous a offert l’opportunité de faire ce témoignage et tous les coordonnateurs des sites partenaires ANRS. »

Ibra Ndoye,
Président du CA du CRCF CHNU de Fann Dakar
Coordonnateur sud du site ANRSMIE Sénégal
Ancien coordonnateur du PNLS/IST Sénégal
Ancien Président de l’Union Africaine contre les IST,co président de ICASA
Ancien Directeur pour l’Afrique de l’Union internationale contre les IST

Texte


Hommage de Michel Kazatchkine

« J’apprends avec beaucoup d’émotion la disparition du Dr Eitel Mpoudi Ngole. Il a été un pionnier de la recherche clinique sur le sida au Cameroun et en Afrique et un contributeur essentiel au site de recherches partenaire de l’ANRS Cameroun. Au-delà de son œuvre scientifique, je garde le souvenir d’un homme d’une grande droiture morale et intellectuelle, enthousiaste et passionné par sa mission et son travail. J’aimerais adresser mes condoléances à sa famille et un message d’amitié attristée à la communauté de recherche camerounaise. »

Michel Kazatchkine
 

Texte

Hommage de Françoise Barré-Sinoussi

« C’est avec une infinie tristesse que j’écris ces quelques lignes en hommage à un très grand Monsieur qui vient nous a quitté, le Dr Eitel Mpoudi Ngole. Tant de souvenirs douloureux et joyeux me reviennent en mémoire depuis notre première rencontre dans les années 90. Eitel a consacré sa vie aux autres à travers sa lutte sans faille contre le VIH et les infections virales. Forte personnalité, il était un homme engagé, généreux, fidèle, d’une immense envergure professionnelle et humaine. Il est et doit rester un bel exemple pour la nouvelle génération de jeunes chercheurs sur le continent africain et au-delà. Difficile d’imaginer les réunions ANRS au Cameroun, en France ou ailleurs, les conférences internationales sur le VIH/Sida et les maladies infectieuses sans la présence du Colonel. En ces instants douloureux, mes pensées vont à ses proches, à sa famille. Qu’ils sachent qu’Eitel sera toujours parmi nous. »

Françoise Barré-Sinoussi

Texte

Tributes from John Nkengasong

« I first met Colonel Eitel Mpoudi Ngole at the Military hospital in Yaoundé in 1991. I had returned to Cameroon from Belgium to establish a collaboration on HIV/AIDS with him and other researchers. It was the first time I would be meeting with such a high-ranking military officer, so I was very apprehensive. I arrived early at the Military hospital and waited a few minutes at his secretariat.  When his administrative assistant let me in, I would meet this towering figure for the first time. He had his military uniform on and quite intimidating. However, a few minutes into our discussion, because of his simplicity and the courtesy with which he received me, I was fully comfortable. He wore a charming and very welcoming smile, which made it easy for me to talk to him. We discussed ways to collaborate to better understand HIV pathogenesis in Cameroon. That meeting became so pivotal - a few years later in 1994, the partnership was the first to publish a landmark paper in the prestigious journal AIDS entitled “Genotypic subtypes of HIV-1 in Cameroon” In 1998, I again contacted him and we developed another collaboration with the United States Centers for Disease Control and Prevention (U.S. CDC), which lead to the establishment of the U.S. CDC field station in Cameroon -  he was the first Principal Investigator. Over the years my relationship with Colonel Mpoudi became more of a senior brother and a mentor in life issues. He believed in me. Indeed, he was quick at recognizing the budding scientific talents in me – in fact he knew me before I knew myself. He was a charismatic and towering figure, and so was his heart - full of love and care! He travelled to my village in Lebialem twice, with his lovely wife, each time I was bereaved - Lebialem is not an easy place to travel to.  
Colonel Eitel Mpoudi Ngolle, my friend, a true big brother, colleague, and mentor, you are gone way too soon, and I look forward to the day I will see you again - Rest easy!  You fought so well, you inspired so many, you loved so deeply, you lived so loudly, no one that ever knew you can ever forget you -  I never will! 
»

John Nkengasong, Director of Africa Centres for Disease Control and Prevention

Texte

Hommage de Sinata Koulla-Shiro

"J’ai connu le colonel Mpoundi Ngole Eitel il y a près d’une vingtaine d’années, dans le cadre de la participation du Mindef au sein du Comité National de lutte contre le Sida (CNLS). J'y intervenais en tant que coordonatrice du CNLS. Il était aussi le responsable de la lutte contre le Sida au sein de l’hôpital militaire de Yaoundé. Tout de suite, je me suis rendu compte de sa qualité d’homme, de son désir de faire connaître l’ampleur de cette maladie dans nos sociétés et de faire reculer le sida au sein des forces armées, mais aussi au Cameroun aux côtés du Ministère de la Santé Publique. C’est ainsi que nous avons monté ensemble le projet de décentralisation du CNLS et la création des Centre de Traitement Agréés (CTA) dans les hôpitaux de première, deuxième et troisième catégories pour la prévention et la prise en charge des malades du Sida.
Eitel , tu m’as introduit auprès de l’équipe dirigeante de l’ANRS à l’époque où le Pr Michel Kazatchkine en était le directeur et, depuis lors, nous avons coordonné ensemble le Site du Cameroun avec beaucoup de complicité Eric Delaporte, toi et moi. Le projet TRIOMUNE. était notre projet phare qui a permis l’introduction des ARV dans les pays à ressources limitées, en Afrique, et notamment au Cameroun. Tu as œuvré véritablement dans la lutte contre le VIH/Sida auprès des militaires. Tu as été fidèle en amitié et généreux. Tu aimais ton pays et ton départ nous laisse effondrés, sans voix.

Tu m’as fait découvrir la "participation communautaire" dans la recherche dans le domaine du Sida en m’invitant d’en faire un exposé lors d’une conférence organisée par le colonel Déborah Birx de l’USAID à Yaoundé. Pour moi c’était une thématique nouvelle que j’ai fini par apprendre et aimé, puis utilisé pour la gestion du programme Sida au sein du CNLS. Nous avons eu parfois différentes approches qui s’avéraient être en complémentarité l’une de l’autre pour une même vision.
Va mon ami, mon beau frère si attentionné envers moi au cours de nos participations à des conférences et congrès internationaux sur le Sida et que le Tout Puissant t’accueille dans sa demeure."

Sinata Koulla-Shiro,
PCA, Centre Pasteur du Cameroun