Histoire

Ajouter un contenu
Texte

Malgré plus de 30 années de recherches, les tentatives d’élaboration d’un vaccin efficace contre l’infection par le VIH/sida n’ont pas encore abouti. Le développement d’un vaccin contre le VHC rencontre également plusieurs obstacles de taille.

Au-delà des obstacles scientifiques, la quête du vaccin a également été entravée dans le monde par la fragmentation de la communauté de chercheurs travaillant dans ce domaine, l’interaction limitée avec d’autres disciplines et les difficultés à collecter des fonds. Si un programme de recherche vaccinale a été historiquement porté par l'ANRS, il a été nécessaire d'intensifier la collaboration en lui donnant un nouvel élan. C’est pourquoi dans le cadre du « Programme Investissement d’Avenir » lancé par l’Etat, l’ANRS et l’Université de Paris-Est (UPEC) ont présenté en 2010 le projet d’un institut de recherche vaccinale. L’Institut de Recherche Vaccinale ou VRI (pour Vaccine Research Institute), a obtenu le label de « Laboratoire d’excellence » en 2011 et a été inauguré en janvier 2012.

Texte

"Renfocer les liens entre les disciplines et tous les acteurs"

Le VRI associe des équipes de l’Institut Mondor de recherche biomédicale (IMRB) à Créteil, de nombreuses équipes internationales et plusieurs partenaires dont l’Institut Pasteur, le CEA, les universités de Paris 11, Bordeaux et Strasbourg, ainsi que le Baylor Research Institute de Dallas aux Etats-Unis.

Grâce à des équipements et des technologies de pointe, la plateforme, basée à l'Hôpital Henri Mondor, constitue un atout essentiel pour le développement d'une expertise solide concernant les marqueurs biologiques de la réponse vaccinale. La structure du VRI renforce les liens entre la recherche fondamentale et translationnelle, les associations de patients et le monde socio-économique, essentiel pour développer les vaccins.

Titre
Quelques publications phares