Présentation

Ajouter un contenu
Texte

Toutes les recherches menées par l’ANRS dans les pays du Sud s’inscrivent dans un partenariat entre les équipes françaises et la ou les équipes du ou des pays où se déroule la recherche. En outre, dans certains pays, ce partenariat est formalisé par la signature d’une convention entre l’ANRS et les ministères de la Santé et/ou de la Recherche définissant des engagements réciproques de collaboration sur le long terme : ce sont les sites ANRS. Dans les autres pays, on parle de projets "hors sites". 

Titre
Les sites ANRS
Texte

Les sites ANRS sont situés en Côte d’Ivoire, au Sénégal, au Burkina Faso, au Cameroun, au Vietnam, au Cambodge, en Egypte et au Brésil. L’activité de recherche sur les hépatites virales et notamment l’hépatite C se développe principalement sur le site Egypte où l’épidémie est un véritable problème de santé publique. Des recherches sur l’hépatite B et sur les co-infections VIH/VHB se développent également au Sénégal, au Burkina Faso et au Brésil.


Tous les sites bénéficient d’un soutien financier récurrent comportant la fourniture d’équipements de laboratoire, la construction ou la rénovation de bâtiments et un appui en personnel. L’agence attribue par ailleurs des bourses à des chercheurs pré- ou post-doctorants. 


Les collaborations

Les sites sont construits en partenariat entre l’ANRS et les autorités de santé et de recherche des pays. Ils permettent le développement de programmes de recherche entre, d’un côté, les institutions nationales des pays partenaires (hôpitaux universitaires, laboratoires et centres de recherche, instituts Pasteur nationaux, programmes nationaux de lutte contre le sida, etc.) et, d’un autre côté, les organismes de recherche français comme l’Institut de recherche pour le développement (IRD), l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), le réseau des instituts Pasteur, les universités, le réseau Esther, etc.

 
De nombreuses collaborations sont également engagées avec des équipes ou institutions internationales impliquées dans la recherche sur le VIH/sida (Organisation mondiale de la santé, National Institutes of Health, Centers for Disease Control, London School of Hygiene and Tropical Medicine, EDCTP…). 


Les coordonnateurs

La notion de partenariat entre les équipes du Nord et du Sud est au cœur de la recherche soutenue par l’ANRS dans les pays en développement. Chaque site est placé sous la responsabilité conjointe d’un coordinateur Nord et d’un coordinateur Sud, qui définissent ensemble les axes prioritaires de la recherche.

Des groupes de travail conjoints sont mis en place dans l’optique de générer des projets de recherche qui seront ensuite soumis pour financement dans le cadre des appels d’offres de l’agence. 

Quatre-vingts pour cent des projets financés dans les pays du Sud sont issus des sites ANRS et le quart de ces projets repose sur des collaborations entre sites (projets multi-sites).
 

Titre
La recherche hors sites ANRS
Texte

Selon les années, entre 10 et 25 % des projets de recherche au Sud sont financés en dehors des sites de l’ANRS. En effet, plusieurs autres pays sont parfois associés à des études menées simultanément en plusieurs lieux et avec plusieurs partenaires. 

L’ANRS soutient également dans d’autres pays des projets issus de collaborations scientifiques nord-sud fortes et pérennes. Parmi ces pays, l’Afrique du Sud constitue un pôle stable et important de recherches puisque près d’une vingtaine de projets s’y sont déroulés depuis l’année 2000, principalement dans le domaine de la recherche clinique et dans celui des sciences sociales. C’est également le cas de la Thaïlande avec, sur la même période, une quinzaine de projets de recherche dont les chercheurs sont associés aux activités du site ANRS d’Asie du Sud-est.