Bénéfices d’une initiation précoce du traitement antirétroviral chez les nourrissons infectés par le VIH

25 juillet 2018
Image
Florence Buseyne
Contenu
Texte

Les premiers résultats de l’étude ANRS CLEAC (1),(2) coordonnée par Pierre Frange (Hôpital Necker - AP-HP), permettent de définir les bénéfices immunologiques et virologiques d’une initiation précoce du traitement antirétroviral chez les nourrissons infectés par le VIH et vivant en France. Les résultats de cette étude sont présentés en communication orale par Florence Buseyne (Unité épidémiologie & physiopathologie des virus oncogènes - Institut Pasteur) ce mercredi 25 juillet lors de la 22e Conférence internationale sur le VIH/Sida (AIDS 2018) qui se déroule du 23 au 26 juillet 2018 à Amsterdam.

1) Comparison of Late versus Early Antiretroviral therapy in HIV-infected Children.
2) Cette étude est menée en collaboration avecVéronique Avettand-Fenoel (Hopital Necker) et l’enquête périnatale française (cohorte ANRS CO10) coordonnée par Josiane Warszawski (centre de recherche en épidémiologie et santé des populations).

Texte

En l’absence de traitement, un enfant infecté par le VIH a plus de risque de développer rapidement la maladie qu’un adulte. L’initiation précoce du traitement antirétroviral chez le nourrisson montre un bénéfice clinique incontestable en diminuant le risque de décès dans la petite enfance. Elle pourrait également s’accompagner d’une diminution particulièrement importante du réservoir viral (la quantité d’ADN viral total présente dans les cellules immunitaires sanguines des patients), ce qui pourrait favoriser l’accumulation de conditions nécessaires à une rémission. Il est donc primordial de mieux comprendre les interactions entre le virus et les défenses immunitaires des enfants, et d’évaluer de manière plus précise les bénéfices virologiques et immunologiques à court et long terme de l’initiation précoce du traitement chez l’enfant. Ce sont les objectifs de l’étude ANRS CLEAC.

Cette étude physiopathologique a inclus 46 enfants (de cinq à 12 ans) et 30 adolescents (de 13 à 18 ans) vivant avec le VIH depuis la naissance. Parmi eux, 36 ont débuté un traitement antirétroviral avant l’âge de six mois et 40 ont initié leur traitement après l’âge de deux ans. Tous ont atteint le succès virologique. Les chercheurs ont étudié des échantillons de sang des participants, défini leur statut immunologique et virologique et analysé les résultats selon leur âge au moment de l’étude et l’âge auquel ils ont initié le traitement.  

Dans un premier temps, l’équipe ANRS CLEAC a évalué le réservoir viral et a observé que le taux d’ADN viral était significativement plus bas chez les enfants et adolescents qui ont initié leur traitement avant l’âge de six mois par rapport à ceux l’ayant initié après l’âge de deux ans. Ce réservoir viral plus bas persiste également chez les adolescents traités précocement, bien que certains d’entre eux prennent leur traitement de façon moins régulière.     
En parallèle, l’analyse immunologique a porté sur les lymphocytes T naïfs, capables de répondre aux nouveaux pathogènes et aux vaccins. L’équipe ANRS CLEAC a ainsi observé que ces cellules immunitaires étaient présentes en plus grand nombre chez les enfants ayant initié un traitement antirétroviral avant l’âge de six mois. Cette différence, n’a pas été observée chez les adolescents. Ce taux plus élevé de lymphocytes T naïfs est un des marqueurs d’un système immunitaire en bonne santé.

Ainsi, les premiers résultats de l’étude ANRS CLEAC montrent pour la première fois que l’initiation d’un traitement antirétroviral avant l’âge de six mois chez les nourrissons infectés par le VIH présente incontestablement des bénéfices virologiques et immunitaires, qui sont observés jusqu’à la fin de l’enfance, voire jusqu’à l’âge adulte.

Texte

L'ANRS est une agence de moyens et de coordination de la recherche sur le VIH/sida et les hépatites. L’ANRS a pour objet l’animation, l’évaluation, la coordination et le financement des programmes de recherche, quel que soit le domaine scientifique concerné (recherches fondamentale, clinique, en santé publique, sur le vaccin). L’ANRS fédère en France comme à l’étranger des chercheurs de toutes disciplines. Son budget annuel, environ 50 millions d’euros, lui est attribué en majorité par le ministère en charge de la recherche ainsi que par le ministère de la santé. Depuis 2012, l’ANRS est une agence autonome de l’Inserm. Au total, plus de 500 projets de recherche et allocations sont soutenus par l’ANRS.

Texte

Fondation reconnue d’utilité publique, créée par décret en 1887 par Louis Pasteur, et inauguré le 14 novembre 1888, l’Institut Pasteur est depuis 130 ans un centre de recherche biomédicale de renommée internationale, au cœur d’un réseau regroupant 33 instituts présents sur les cinq continents. Pour mener sa mission dédiée à la prévention et à la lutte contre les maladies, en France et dans le monde, l’Institut Pasteur développe ses activités dans quatre domaines : recherche scientifique et médicale, santé publique et veille sanitaire, enseignement, valorisation économique et transfert technologique.
Depuis sa création, 10 chercheurs travaillant au sein de l’Institut Pasteur ont reçu le prix Nobel de médecine, les derniers en 2008 à titre de reconnaissance de leur découverte en 1983 du virus de l’immunodéficience humaine (VIH) responsable du sida. www.pasteur.fr

Texte

Sources

Impact of late versus early antiretroviral therapy on PBMC-associated HIV-1-DNA levels and the percentage of naive T lymphocytes in HIV-1 infected children and adolescents – The ANRS-EP59-CLEAC study    
P. Frange 1,2 , V. Avettand-Fenoel1,2 , J. Le Chenadec3 , C. Dollfus1 , L. Nailler3 , O. Dialla3 , T. Montange4 , D. Batalie4 , M. Fillion2 , I. Leymarie3 , L. Ait Si Selmi3 , T. Wack3 , J. Warszawski3 , F. Buseyne4 , ANRS-EP59-CLEAC Study Group    
1 AP-HP, Paris, France, 2Université Paris Descartes, EA7327, Paris, France, 3INSERM, Le Kremlin- Bicêtre, 4France, Institut Pasteur, Unité d'Epidémiologie et Physiopathologie des Virus Oncogènes, Paris, France.