L'ANRS en bref

Ajouter un contenu
Texte

Créée en 1988, l’ANRS (Agence nationale de recherches sur le Sida et les hépatites virales) a pour objet l’animation, l’évaluation, la coordination et le financement des programmes de recherche dans le domaine du VIH/Sida et des hépatites virales, quel que soit le domaine scientifique concerné (recherche fondamentale, recherche clinique, épidémiologie, sciences humaines et sociales, recherche en santé publique, recherche vaccinale).

Depuis 2012, l’ANRS est une agence autonome de l’Inserm. Son budget prévisionnel 2019 s’élève à 43,8M €uros. C’est la seule agence publique en Europe dédiée à l’animation scientifique et au financement de la recherche sur le VIH/Sida et les hépatites virales.

L'ANRS soutient financièrement les projets de recherche grâce à deux appels à projets annuels et après qu'ils aient été évalués par des comités d'experts internationaux. Elle complète ce dispositif  par des financements hors appels à projets.

L’ANRS fédère en France un réseau de chercheurs de toutes disciplines et de médecins praticiens de nombreuses spécialités, pour moitié en Ile-de-France et pour moitié en province. Ce réseau d’hommes et de femmes est affilié à 65 unités de recherche dont 33 ont une labellisation Inserm. Les autres principaux organismes de rattachement sont le CNRS, l’Institut Pasteur, l’IRD, le CEA et les universités. Trente-cinq équipes cliniques affiliées à des centres hospitaliers universitaires (la moitié à l’APHP) constituent la tête d’un réseau de 300 services hospitaliers menant les projets de recherche clinique de l’ANRS avec le soutien de six centres de méthodologie et de gestion (CMG).

L’ANRS établit ses priorités en étroite collaboration avec les associations de lutte contre le VIH/Sida et les hépatites virales et encourage les projets de recherche à forte dimension communautaire.

A l’étranger, l’Agence mène des projets dans une vingtaine de pays à ressources limitées. L’investissement de plus de deux décennies a porté sur huit pays prioritaires (Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, Sénégal, Egypte, Cambodge, Vietnam, Brésil) où chercheurs du Nord et du Sud développent et conduisent des projets de recherche VIH et/ou hépatites qui s’inscrivent dans les priorités de santé nationales et internationales. Ces chercheurs s'intègrent dans le réseau des institutions nationales (hôpitaux, centres de recherche, université, programmes nationaux). L’ANRS consacre 20% de son budget à la recherche à l’International.

L’étude bibliométrique réalisée en 2018 par Agence avec le concours du DESP (Inserm), montre que, sur la période 2013-2017, la France est le 2ème pays européen en nombre de publications scientifiques dans le domaine VIH/Sida et le quatrième au niveau mondial pour la part des publications figurant dans le top 1%. Pour les hépatites virales, la France bénéficie d’une excellente reconnaissance internationale puisqu’elle occupe la 1ère place mondiale du classement des pays pour les publications figurant dans les top 1% et top 10% mondiaux. Sur la même période, les données recueillies montrent que l’ANRS est le principal soutien de la recherche sur le VIH/Sida et les hépatites en France puisque près de neuf publications sur dix (88,7%) ayant bénéficié d’un financement français étaient associées à l’Agence.

 

Titre
En savoir plus