3 questions à… Michaela Müller-Trutwin

24 mai 2018
Image
Michaela muller trutwin
Contenu
Texte

 

 

3 questions à… Michaela Müller-Trutwin
Chercheuse à l’Institut Pasteur
Présidente de l’Action coordonnée « Interactions Hôte/virus »

Titre
Pouvez-vous nous décrire en quelques mots le rôle de l’AC 41 « Interactions Hôte/virus » ?
Texte

Cette Action Coordonnée « interaction hôte virus » s’occupe de l’animation scientifique dans le domaine de la recherche fondamentale liée à l’infection par le VIH.
Elle regroupe trois anciennes entités qui ont avaient permis aux chercheurs de très bien travailler ensemble : deux anciennes AC, « Immunité innée » et « Réservoirs VIH » (respectivement AC 31 et AC 32) ainsi que le groupe de travail « modèles primate ».
L’AC 41 englobe désormais tous les aspects de la recherche fondamentale sur le VIH : recherche moléculaire, virologique, immunologique, physiopathologique ou encore recherche préclinique contrairement aux anciennes AC qui portaient sur des domaines plus spécifiques.

Titre
Quels sont les défis auxquels doit répondre cette AC ?
Texte

En dehors des missions classiques, tel que l’animation scientifique et la facilitation de collaborations dans un contexte mondial difficile, nous voudrions servir de tremplin à la création de nouveaux partenariats, à l’exemple d’IDMIT ou RHIVIERA.
Par ailleurs, nous avons pour défi de promouvoir la recherche française à l’international. Cela passe par de nombreuses actions, tel que le fait d’inviter des scientifiques étrangers de renommée à nos réunions afin de leur permettre d’avoir une vision de ce qui se fait en France ou encore, organiser des symposiums ANRS lors de colloques internationaux. Ce sera d’ailleurs le cas lors de la prochaine conférence AIDS 2018 qui se déroulera à Amsterdam en Juillet prochain. L’AC41 y organise un symposium satellite ANRS sur le thème « How far are we from HIV Remission » où interviendront des scientifiques français et internationaux de haut niveaux.

Titre
Quels sont les principaux axes de recherches que vous souhaitez impulser dans cette action coordonnée ?
Texte

La recherche fondamentale française sur le VIH est compétitive sur le plan international dans certains domaines. L’AC 41 souhaite soutenir ces axes tout en ayant une structure flexible et ouverte à de nouvelles thématiques.
Nous allons par ailleurs promouvoir la transversalité entre les différents domaines de recherche. Cela, au sein de l’AC, car il est important de ne pas avoir de barrières entre les différentes thématiques de recherche fondamentale sur le VIH, mais également avec les autres AC de l’ANRS. Par exemple, nous prévoyons des interactions avec l’AC « Recherches cliniques » et nous voudrions approfondir celles avec l’AC « Virus des hépatites ». Même si la spécialité de l’AC 41 porte sur le VIH, nous devons nous poser des questions sur les infections par d’autres pathogènes et les co-morbidités non SIDA.
Enfin, il nous semble important de mettre en avant la nouvelle génération de chercheurs. Nous voulons donner l’opportunité aux jeunes de présenter leurs travaux et d’avoir des responsabilités telles que l’organisation scientifique de réunions. Cela afin qu’ils puissent, un jour, prendre le relais.

 

Retrouvez également les "3 questions à ..." :

- Dominique Costagliola, présidente de l’AC « Dynamique et contrôle des épidémies VIH et hépatites »

- Vincent Calvez, président de l'Action coordonnée « Virologie médicale, Nord et Sud, VIH et hépatites »

- Karine Lacombe, co-présidente de l'Action coordonnée « Recherche clinique, Nord et Sud, hépatites »

- Serge Eholié Et Olivier Lambotte, co-présidents de l’Action coordonnée 44 « Recherche clinique, Nord et Sud, VIH »