Une thérapie à base d’IL-7 permet l’élimination partielle des cellules infectées par le VIH

Image
IL-7
Contenu
Texte

 

@Deposit photo

Mis en ligne le 6 février 2018

 

 

Texte

La mise sous traitement antirétroviral des patients infectés par le VIH permet un contrôle de la réplication virale. Le taux de virus dans le sang diminue alors drastiquement permettant ainsi au système immunitaire de se renforcer progressivement. Cependant, certains patients sous traitement ne parviennent pas à rétablir un nombre suffisant de Lymphocytes T CD4+ (LT CD4+) malgré un contrôle effectif de la charge virale. Une mauvaise récupération immunitaire rend ces patients plus vulnérables à des infections opportunistes et a été corrélée à une espérance de vie diminuée. Ces patients, appelés faibles répondeurs immunologiques représentent 15 à 30% des patients sous antirétroviraux. Il a déjà été montré que l’interleukine 7 (IL-7), cytokine qui stimule à la fois la production, la prolifération et la survie des LT CD4+, permet d’augmenter le nombre de ces cellules chez les patients faibles répondeurs immunologiques. Cependant, son impact sur le taux d’ADN viral n’est pas connu. C’est sur ce point qu’ont porté les travaux de l’équipe de Rémi Cheynier (Institut Cochin, Inserm) dont les résultats financés par l’ANRS ont été publiés en janvier 2018 dans la revue AIDS.
57 patients mauvais répondeurs immunologiques ont participé à cette étude. 41 d’entre eux ont reçu plusieurs injections d’IL-7. Les chercheurs ont ainsi pu mettre en évidence que cette thérapie à base d’IL-7 mise en œuvre chez des patients mauvais répondeurs immunologiques induit, dans un premier temps, une augmentation du taux d’ADN viral dans les cellules du sang des patients. Cette augmentation peut s’expliquer par la prolifération des LT CD4+ déjà infectés par le VIH, mais aussi, dans une moindre mesure, par de nouvelles infections. Trois mois après le traitement IL-7, le taux d’infection des LT CD4+ diminue pour atteindre, un niveau inférieur à ce qu’il était avant la thérapie. Cependant, le nombre total de cellules infectées reste augmenté.
Ces résultats suggèrent ainsi une élimination spécifique de cellules infectées par le VIH suite à une thérapie par l’IL-7.

Source:
HIV reservoir dynamics in HAART-treated poor immunological responder patients under IL-7 therapy
Sandrine LOGEROTa,b,c, Magali RANCEZa,b,c, Bénédicte CHARMETEAU-DE MUYLDERa,b,c , Suzanne FIGUEIREDO-MORGADOa,b,c, Sandra ROZLAN, Giuseppe TAMBUSSIe, Stéphanie BEQd, Anne COUËDEL-COURTEILLEa,b,c,f and Rémi CHEYNIERa,b,c* 
aINSERM, U1016, Institut Cochin, Paris 75014, France. bCNRS, UMR8104, Paris 75014, France. cUniversité Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité, Paris 75014, France. dCytheris S.A., Issy les Moulineaux, France. eInfectious Diseases Department, San Raffaele Scientific Institute, Milan, Italy. fUniversité Paris Diderot, Paris 75013, France.