L’étude DICI-VIH montre l’efficacité d’un dépistage infirmier ciblé du VIH aux urgences

Image
DICI-VIH
Contenu
Texte

 

 

 

Texte

L’étude DICI-VIH, soutenue par l’AP-HP* et l’ANRS, visait à évaluer pour la première fois l’efficacité d’un dépistage ciblé auprès de patients venus consulter aux urgences et identifiés comme particulièrement exposés à l’infection par le VIH à partir d’un auto-questionnaire. Elle a été menée auprès de 140 000 patients de huit services d’urgences, dont six de l’AP-HP (hôpitaux Avicenne, Bicêtre, Cochin, Lariboisière, Saint-Antoine et Tenon).

Ses résultats, publiés le 30 octobre 2017 dans la revue Annals of Emergency Medicine, montrent qu’un dépistage infirmier ciblé aux urgences est efficace et permet d’identifier à un coût modéré des patients ignorant leur séropositivité.

Texte

En France, un pays où l’épidémie du VIH est concentrée, plusieurs milliers de personnes ignorent encore leur séropositivité et un quart des diagnostics du VIH est tardif. Or le dépistage du VIH est essentiel pour contrôler l’épidémie parce qu’il permet l’initiation précoce du traitement, ce qui limite la morbi-mortalité et les transmissions secondaires.

En 2011, une première étude de la même équipe** avait montré que le dépistage généralisé (non ciblé) du VIH aux urgences hospitalière était peu efficace.

L’étude DICI-VIH, coordonnée par Judith Leblanc, alors en doctorat de santé publique, et le Pr Anne-Claude Crémieux du service des maladies infectieuses et tropicales de l’Hôpital Saint-Louis, AP-HP, a étudié pour la première fois à large échelle, l’efficacité et le coût d’un nouveau mode ciblé de dépistage du VIH proposé par les infirmiers dans huit services d’urgence d’Île-de-France, une région à forte prévalence.
L’étude a également été menée en collaboration avec le Pr Tabassome Simon et l’équipe de la Plateforme de Recherche Clinique de l’Est Parisien de l’hôpital Saint-Antoine, AP-HP.

L’essai DICI-VIH a comparé le nombre de patients nouvellement diagnostiqués VIH+ sur deux périodes.

Pendant la période dite « contrôle » comprenant uniquement la pratique diagnostique médicale habituelle, sur plus de 74 000 patients participant à l’étude, un test VIH a été réalisé chez 92 patients et six ont été nouvellement diagnostiqués VIH+.

Pendant la période dite « intervention », un test rapide VIH était aussi proposé par les infirmiers aux patients les plus exposés en fonction des réponses à un auto-questionnaire. Sur plus de 74 000 patients participant à l’étude, environ 16 000 ont rempli un questionnaire.
Près de 3000 patients ont réalisé un test rapide proposé par l’infirmier, en plus de 97 patients ayant bénéficié d’un test par le médecin. Au total, 22 patients ont été nouvellement diagnostiqués VIH + pendant la période intervention.

La proportion de nouveaux diagnostics VIH était significativement plus élevée pendant la période « intervention » comparativement à la période « contrôle » (risque relatif : 3,7, IC 95% : 1,4-9,8). Le coût incrémental de l’intervention a été évalué à 1 324€ par patient nouvellement diagnostiqué VIH+.

Ces résultats sont en faveur d’une stratégie de dépistage du VIH ciblée sur les personnes les plus exposées dans les services d’urgences. Ces données contribuent aussi à démontrer le rôle des équipes infirmières dans le dépistage du VIH qui s’intègre dans leurs missions de prévention et de santé publique.

Source: Targeted HIV Screening in Eight Emergency Departments: The DICI-VIH Cluster-Randomized Two-Period Crossover Trial Annals of Emergency Medicine 2017 Judith Leblanc, RN, PhD; Gilles Hejblum, PhD; Dominique Costagliola, PhD; Isabelle Durand-Zaleski, MD, PhD; France Lert, PhD; Pierre de Truchis, MD; Geert Verbeke, PhD; Alexandra Rousseau, PhD; Hélène Piquet, RN; François Simon, MD, PhD; Dominique Pateron, MD; Tabassome Simon, MD, PhD; Anne-Claude Crémieux, MD, PhD; for the DICI-VIH (Dépistage Infirmier CIblé du VIH) Group DOI: 10.1016/j.annemergmed.2017.09.011
*Cette étude a été menée dans le cadre de l’appel à candidatures « Doctorat recherche infirmière » de l’AP-HP.
**Référence : d'Almeida KW, Kierzek G, de Truchis P, Le Vu S, Pateron D, Renaud B, Semaille C, Bousquet V, Simon F, Guillemot D, Lert F, Crémieux AC, Archives of Internal Medicine 2011

Texte

* Copyright image Depositphoto