Les résultats de l'étude iPrEx, une étude sur la prévention du VIH

le 23/11/2010

Malgré tous les progrès accomplis, près de trois millions de nouvelles infections surviennent par an dans le monde[1] et nécessitent des traitements antirétroviraux à vie. Il est donc nécessaire de poursuivre les recherches dans le domaine de la prévention.

[1]Rapport Onusida 2008

Les résultats publiés sur l’étude iPrEx dans le New England Journal of Medicine du 23 novembre sont la première preuve du concept que les antirétroviraux par voie orale peuvent être envisagés comme un outil additionnel de prévention destiné à réduire le risque d’infection VIH par voie sexuelle chez des hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HSH).
L’ANRS s’apprête à lancer, à partir de 2011, un essai de prévention évaluant une autre modalité d’administration des antirétroviraux auprès des HSH.

> Communiqué de presse : les résultats de l'étude iPrEx, une étude sur la prévention du VIH (23 novembre 2010)
> Nouvelles stratégies pour le dépisatge et la prévention du VIH - Le programme de l'ANRS